“25 ans déjà ! Je m’en souviens comme si c’était hier !” déclare Didier Rieu, premier salarié à rejoindre l’aventure Sirea en tant qu’automaticien, c’était en 1995 ! Pourtant, en 25 ans, les choses ont bien évolué au sein de l’entreprise, et il nous partage son expérience.

Didier, quelles sont tes missions chez Sirea ?

Je développe principalement des applications de supervision et participe également à la programmation d’applications sur les automates de notre gamme.

Te souviens-tu du premier projet sur lequel tu as travaillé ?

Tout d’abord j’ai commencé en régie pour Renault Automation (Comau) en réalisant des programmes pièces sur des commandes numériques, et des applications pour les machines transfert. Ensuite, si ma mémoire est bonne, un de mes premiers projet chez Sirea fut la participation à un projet d’oxygénation de bassins de pisciculture.

En 25 ans, Sirea a grandi et a considérablement changé. Selon toi, quels changements ont été le plus bénéfique à l’entreprise ?

Sans hésitation, la création de nos produits. Cela nous a rendu plus autonome et permis de gagner des marchés que l’on n’aurait pas réussi à décrocher localement. Aujourd’hui, sur l’automatisme, nous disposons de la gamme d’automates MicroARM qui s’accompagne de solutions complémentaires comme MicroLADDER pour les programmer, mais également MicroSERVER pour la supervision.

Bruno Bouteille et Didier Rieu à Sirea
Bruno Bouteille et Didier Rieu

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué au cours de ces 25 ans à Sirea ?

Bien sûr beaucoup de choses, mais je retiendrai surtout son évolution rapide et son adaptation au marché. En 25 ans, on a réussi à s’implanter dans l’industrie automobile, la santé, le secteur agricole et depuis quelques années dans les énergies renouvelables, tant sur l’hydroélectricité et le photovoltaïque. Nos compétences ont pu se développer dans chacun de ces domaines !

En 2015, un incendie a détruit totalement l’entreprise. Comment repartir après un tel drame ?

Après un tel évènement, il faut surtout rester solidaire et sortir de son quotidien pour participer à la relance. Tout le mérite revient à Bruno qui a fait repartir la machine.

Il y a aussi eu de belles réussites professionnelles au cours de toutes ces années. Quelle est la chose dont tu es le plus fier?

Je ne dirais pas « le plus fier », mais il y a des projets que j’ai réalisé avec passion comme le travail sur des caissons hyperbares, la supervision chez RAGT, la gestion et l’organisation de la production des volets roulants chez Sofermi, le suivi de la production chez Dalsud, Leclerc Drive, nos différents projets dans le domaine des carrières, mais aussi la mise en place de notre collaboration avec Esat, et certainement que j’en oublie …
Chez Sirea, nous travaillons main dans la main avec notre client, et cela passe par un suivi régulier en essayant de lui apporter les meilleures solutions pour ses problématiques, et lui montrer qu’il peut toujours compter sur nous.

Pour finir, un conseil pour les futurs automaticiens qui veulent mener une carrière comme la tienne ?

Pour moi, je pense que l’essentiel est de savoir être autonome et organisé. La curiosité est aussi très importante et savoir travailler en équipe est primordial !