Dans le cadre des Innov’Actions, Claudine Richard, étudiante à l’Ecole des Mines en master ingénierie option génie industrielle, a réalisé son stage à l’étranger pour Sirea, et plus précisément en Asie.

 

Ce stage de 4 mois lui a permis d’analyser le marché Vietnamien et Cambodgien au niveau des énergies renouvelables. Voici son ressenti :

La mission consistait à trouver une stratégie en vue d’atteindre le marché vietnamien en grappe de PME. Nous étions sept étudiants à travailler sur le projet. Une fois la stratégie élaborée, Bruno Bouteille nous a proposé de poursuivre le travail commencé sur place, au Vietnam mais aussi au Cambodge. L’objectif principal était d’analyser le marché du solaire et d’étudier les opportunités que Sirea pourrait saisir dans les deux pays.

C’est ainsi que je suis partie le 30 avril 2017 de l’aéroport de Paris accompagnée de ma collègue et avant tout amie Manon Desjardins. Je partais pour seize semaines en tout, dont huit semaines à Hanoï et huit à Phnom Penh.

A la découverte du Vietnam

Arrivée en Asie

La confrontation au climat vietnamien dès mon arrivée fut étonnante : les températures étaient extrêmement hautes et étouffantes. Ensuite, l’état de la circulation m’a interpellée : le nombre de voitures, de taxis et surtout de scooters était impressionnant. Le bruit des klaxons résonnait dans toute la ville. Les temples présents dans chaque magasin, toujours remplis d’offrandes, m’ont beaucoup marqué également.

Adaptation à la vie vietnamienne

J’ai rapidement commencé à travailler dans les bureaux de l’Université des Sciences et Technologies d’Hanoï avec laquelle Sirea a signé un partenariat. Très vite, mon tuteur de l’université, Xuan Truong Nguyen, m’a fait découvrir la cuisine vietnamienne ainsi que le fameux café vietnamien : un café très amer servi avec du lait concentré sucré. Par la suite, l’adaptation se fit progressivement : conduite de scooter pour se déplacer en ville, adaptation à la nourriture, apprentissage de la langue, etc.

Un premier rendez-vous mouvementé

Nous avons commencé la mission en contactant les acteurs économiques du secteur solaire. Notre premier rendez-vous au MOPI (Ministère de la Planification et de l’Investissement) fut mémorable. Trompées par le GPS, nous nous sommes retrouvées perdues dans un quartier méconnu qui s’est avéré être à l’opposé du lieu de rendez-vous. Au final, nous sommes arrivées avec plus de deux heures de retard, abandonnant nos scooters pour un taxi. Notre interlocuteur a gentiment accepté de nous recevoir, comprenant nos quelques difficultés. L’objectif du rendez-vous était de lui présenter Sirea et son domaine d’activité afin qu’il nous mette en relation avec des entreprises spécialisées dans la gestion d’énergie.

Objectif PME à la conférence d’Eurocham

Le mardi 16 mai, invitée par l’UNDP (United Nations Development Programme), j’ai assisté à la conférence présentée par Eurocham intitulée : The changing landscape of trade, customs and taxation in Vietnam. Celle-ci m’a permis de mieux comprendre le système de taxes et de douanes dans le pays, notamment à destination des PME. Ces dernières sont d’ailleurs soutenues par le gouvernement qui souhaite éliminer la tendance à privilégier les grands groupes. Elles bénéficient d’une remise de 2% sur le paiement des taxes par exemple.

Notre bilan au Vietnam

Par la suite, j’ai pu obtenir des rendez-vous avec l’Agence Française du Développement ou encore Giz, une organisation supportée par le gouvernement allemand. Ces rendez-vous m’ont informé sur les projets actuels financés par les gouvernements français et allemand. Cependant, ces derniers ne correspondaient pas au type de projet recherché par Sirea.

Les résultats au Vietnam n’ont donc pas été à la hauteur de nos attentes. Cependant, j’ai été heureuse d’apprendre à mon retour qu’une commande de matériel avait été passée par une entreprise basée à Hanoï. Je partais donc au Cambodge motivée, et déterminée à obtenir de meilleurs résultats pour Sirea.

Direction le Cambodge

Les tuk-tuks de Phnom Penh

Le 23 juin, me voilà en route pour Phnom Penh au Cambodge. J’avais pu récolter quelques échos de la part de vietnamiens, ceux-ci m’ayant dit que la capitale était moins développée que Hanoï. En effet, j’ai été surprise de voir des routes non goudronnées en plein cœur de la ville ou encore une absence quasi-totale de taxis, ces derniers étant remplacés par les fameux tuk-tuks, des motos équipées d’un habitacle capable de transporter jusqu’à cinq personnes. Le transport se modernise tout de même avec l’arrivée de petits véhicules à gaz et de nombreuses voitures également. Malgré certains retards de développement comme évoqué précédemment, j’ai été étonnée de voir tant de chaînes de cafés installées dans la capitale ainsi qu’un accès facile à la nourriture occidentale. A titre de comparaison, à Hanoï, la nourriture occidentale était extrêmement rare et très chère.

Un nouveau lieu de travail

J’ai intégré les locaux de l’Institut de Technologie du Cambodge, accueillie par mon tuteur français, Didier Lecomte. Celui-ci m’a très vite initié à l’excellente cuisine khmere, me laissant notamment un merveilleux souvenir du Fish Amok, un plat en sauce à base de poisson, de lait de coco et d’épices. Je partageais mon bureau avec des étudiants préparant leur soutenance de fin d’année. Très ouverts et curieux de voir arriver deux françaises dans leurs locaux, nous avons rapidement discuté et sympathisé avec eux.

Les enfants de Coconut School

Lors de mon deuxième week-end sur place, je suis partie deux jours à Kirirom, un parc national situé à une centaine de kilomètres de Phnom Penh accompagnée d’étudiants toulousains. L’objectif des deux jours était de visiter la Coconut School, une école à destination des enfants de Kirirom n’ayant pas ou peu accès à l’éducation. Elle a été construite par un khmer. Elle est en en bois et a été décorée par les élèves avec des fleurs faites à partir de bouteilles en plastique. Les enfants étaient très attachants et ce week-end a été un moment particulièrement marquant des quatre mois que j’ai pu passer en Asie.

À la rencontre des entreprises du secteur de l’énergie solaire

Le contact avec les entreprises spécialisées dans l’énergie solaire a été plus facile qu’au Vietnam, les entreprises acceptant facilement de me rencontrer. Les échanges ont été très riches et m’ont permis de me faire une véritable idée du marché solaire cambodgien. J’ai rapidement compris que les opportunités dans ce pays étaient omniprésentes dans la mesure où seulement 60% des foyers ont accès à l’électricité. Plusieurs entreprises locales tenues par des occidentaux sont d’ailleurs partantes pour collaborer avec Sirea sur divers projets.

Conclusion

Ces seize semaines auront été une expérience très enrichissante. Je suis ravie d’avoir pu effectuer une mission si incroyable. Sirea m’a permis de réaliser ce projet en autonomie et m’a confié des responsabilités que je n’aurais jamais pu saisir dans un grand groupe.

Je remercie d’ailleurs Bruno Bouteille de m’avoir fait confiance tout en faisant preuve d’une très grande réactivité à l’égard de mes questions et suggestions.